Boulot On jase Petits plaisirs Style de vie

Je n’aime pas travailler

Si l’été est synonyme de vacances, de voyages et de soirées entre amis pour certains, d’autres passeront peut-être le plus clair de leur temps au travail. Vous faites partie de ceux qui consacrent leurs journées à leur emploi et vous êtes très heureux ainsi? Félicitations, vous avez gagné au jeu de la vie et je vous admire. Par contre, si vous occupez un poste qui ne vous apporte pas un sentiment d’épanouissement et qui vous stresse, sachez que vous n’êtes pas seul. Je vous propose donc des astuces pour vous sentir mieux face à la situation, parole d’une fille pas experte du tout, mais qui l’a vécu trop longtemps pour ne pas partager son expérience.

Pendant des années, j’ai enchainé les emplois les uns à la suite des autres parce que je n’arrivais pas à m’y sentir heureuse. Les premiers mois en poste, ça allait. Je vivais ce que je m’amuse à appeler la « lune de miel ». Le facteur nouveauté provoquait chez moi une espèce d’euphorie ; mon employeur m’appréciait, j’aimais les tâches auxquelles j’étais affectée, je m’identifiais aux valeurs de l’entreprise et j’acquérais de nouvelles connaissances.

Source : Unsplash

Puis, plus le temps passait, plus cette « lune de miel » s’estompait pour laisser place à la routine et tout ce qui vient avec. Autrement dit, c’est à ce moment que je faisais face à la vraie réalité de mon emploi. Incompatibilité de caractères, attentes non-définies, démotivation, perte de confiance, name it. Par la suite, je devenais anxieuse, je me remettais ma vie professionnelle en question et j’avais honte. Honte parce que je me rendais compte qu’un pattern étant en train de s’installer. Et si je n’étais pas faite pour travailler dans mon domaine? Et si je n’étais pas faite pour travailler en équipe? Et si je n’étais pas faite pour avoir un patron? Et si je n’étais pas faite pour travailler, point?

Wow, minute papillon.

Fast forward en 2015.

Ça, c’était avant. Aujourd’hui, j’ai la chance d’occuper un emploi que j’adore, ce qui me permet de faire une réflexion sur mes expériences professionnelles passées. Avec du recul, je comprends ce qui a souvent causé mon aversion. Bien entendu, nous sommes tous différents et les raisons pour lesquelles vous n’êtes pas heureux au travail vous sont propres. Cependant, je pense que ces 2 catégories sauront englober une bonne partie de tous ces mal-êtres : votre propre perception et vos conditions de travail. En effet, en identifiant d’abord ce qui provoque ce sentiment, vous aurez une meilleure idée des solutions pour vous sentir mieux.

Perception

Le blues du dimanche soir, ça vous dit quelque chose? Ne pas avoir envie de recommencer la semaine le lendemain parce qu’on est bien chez soi est, selon moi, normal et sain. Sauf que travailler serait une tâche beaucoup moins pénible si elle ne s’accompagnait pas de cette lourdeur. Peut-être que vous avez un conflit avec un collègue, que l’emplacement vous déprime ou que vos tâches ne vous stimulent plus. Vous n’y croyez plus, vous n’êtes plus heureux et c’est légitime. Ça peut arriver à tout le monde.

Source : Unsplash

Il m’est arrivé d’être complètement découragée face à mes tâches ou l’un des clients avec lequel je travaillais. Ce n’était pas de la faute de la compagnie ou du client, mais bien la mienne. J’étais la seule personne à blâmer pour le stresse que je ressentais et ça n’a pas toujours été facile à avaler. Je m’étais dit que j’avais 2 options : quitter ou rester.

Astuces pour rester motivé : changer sa perception
• Déterminez ce que vous préférez et ce que vous n’aimez pas. Si possible, commencez votre journée par une tâche agréable (ça peut être d’aller vous chercher un café 😉 ), enfilez toutes celles que vous n’aimez pas et terminez par le reste de celles qui vous plaisent.
• Si vous le pouvez, personnalisez votre espace de travail subtilement. Une photo que vous seul verrez, des fournitures de bureau à votre goût, une plante, n’importe quoi! #AstuceDeChampion : j’ai posé un plant de lavande sur mon bureau en période de crise, effet apaisant instantané, tant pour moi que mes collègues et mon patron!
• Prenez des initiatives et lancez vous des défis personnels. De cette façon, vous n’attendrez plus d’être récompensé pour vous sentir fier. Point bonus : vous briserez la monotonie.
• Essayez de vous améliorer. Voyons les choses telles qu’elles sont : vous êtes au travail durant un nombre d’heures défini, mieux vaut s’arranger pour que ça passe vite. Vous aurez quelque chose à faire et, comme l’astuce précédente, miserez sur des motivations intrinsèques plutôt qu’extrinsèques.
• Participez à la vie sociale de votre entreprise. Ça peut se traduire en prenant votre pause avec un collègue ou participer au dîner soulignant le départ à la retraite de la secrétaire. L’important est que vous socialisiez.
• Soyez positif! Votre emploi ne vous définit pas et ce poste peut être temporaire, même si vous en avez besoin pour le moment.

Source : Unsplash
Source : Unsplash

 

Conditions de travail

Si votre malaise face au travail ne vient pas de vous, mais bien que quelqu’un vous fait sentir ainsi, une réflexion s’impose. Soyez vigilant : parfois, ce sont de simples blagues qui se transforment en commentaires inappropriés. Soyez indulgent envers vous-même et parlez-en à une personne de confiance. Une fois que vous aurez identifié que vos conditions de travail ne vous conviennent pas (ou qu’elles sont carrément illégales), ce sera beaucoup plus clair. Vous pourrez commencer à chercher activement un nouvel emploi sans aucun remords.

Pour plus d’information et que vous travaillez au Québec, visitez le site Web d’Ecucaloi.

 

You Might Also Like

%d bloggers like this: